Tourisme

Protéger les ressources naturelles grâce au tourisme communautaire

oaxaca-touris

Au cœur d’une petite ville de l’état d’Oaxaca, au Mexique, se dresse un arbre très ancien appelé El Árbol de Tule. Ce cyprès vieux de 2000 ans est gigantesque ; son tronc est si gros qu’il faut 17 personnes les bras tendus pour l’encercler. L’arbre Tule est juste un des riches trésors naturels et culturels que l’on trouve dans la région d’Oaxaca : des montagnes escarpées, de vastes forêts semblables à des cathédrales naturelles et un littoral accidenté avec des plages de surf de renommée mondiale. Les paysages naturels et sauvages d’Oaxaca abritent 133 espèces d’amphibiens et 245 espèces de reptiles recensées seulement dans cet état, sans oublier l’admirable tableau constitué d’innombrables oiseaux qui en font un paradis pour les ornithologues.

Ces deux dernières années, Rainforest Alliance a accompagné les populations autochtones d’Oaxaca afin de développer un tourisme durable pour préserver ces magnifiques paysages. Le développement économique des populations rurales et des communautés forestières autochtones est au centre de nos actions dans la région. « S’il n’y a pas de revenus, quelles sont les autres options ?  L’agriculture sur brûlis, l’élevage bovin extensif,  les opérations d’extraction de bois», explique Ronald Sanabria, vice-président du tourisme durable à Rainforest Alliance. « Le désespoir économique est un facteur majeur de déforestation. »

Pour faire face aux menaces environnementales dans la région, Rainforest Alliance travaille à la montée en capacité des organisations partenaires locales pour qu’elles accompagnent plus de trente micro et petites entreprises de tourisme. Nos partenaires à Oaxaca sont la Commission pour le développement des peuples autochtones (CDI), le Secrétariat de l’Environnement et des Ressources naturelles (SEMARNAT), et l’ONG Women Generating Change and Wellbeing (Les Femmes Générant le Changement et le Bien-être).

L’équipe de terrain Rainforest Alliance a formé, au niveau local, des conseillers de ces institutions, ainsi que des leaders clés de la communauté, à la gestion du tourisme durable avec l’appui de la Fondation Mitsubishi Corporation pour les Amériques.

Nous avons également organisé des ateliers de formation, où les entrepreneurs communautaires ont appris à gérer les déchets, réduire la consommation d’énergie, améliorer la promotion et la commercialisation, travailler avec des fournisseurs locaux pour soutenir les populations autochtones et renforcer l’économie locale. Au total, 60 entrepreneurs du tourisme à Oaxaca ont participé au programme et 45 participants ont continué à former les autres.

« Ces formations dispensées par Rainforest Alliance aux équipes des organisations institutionnelles et entreprises communautaires ont été très bénéfiques pour nos projets », explique Armando Osvaldo Vargas Ruiz, délégué local de SEMARNAT. « Elles ont augmenté l’intérêt d’améliorer de jour en jour la qualité de service pour répondre aux normes internationales, ce qui entraîne la satisfaction du client et donc un impact sur l’économie locale. »
Le programme continue de croître dans des endroits comme San Miguel del Valle, où de nouvelles initiatives de tourisme communautaire* bénéficient à près de 3000 personnes et préservent 16 857 ha de forêts vierges qui sont un habitat pour les cougars.

La CDI a adopté l’outil de diagnostic de Rainforest Alliance pour évaluer les besoins en formation et les opportunités commerciales des entreprises communautaires de tourisme. « Ce projet a renforcé la capacité de la CDI grâce aux formations de nos techniciens régionaux, dont la tâche principale quotidienne est d’établir une communication constante avec les entreprises communautaires pour leur proposer un cahier des charges afin d’améliorer les projets qui leur sont confiés », déclare Cesar Anacleto Garcia, responsable de l’Amélioration de la production des populations indigènes et du Programme de productivité à la CDI.

Pour plus d’informations sur nos actions en matière de tourisme durable, cliquez ici.

* Le tourisme communautaire, appelé aussi tourisme autochtone, est une forme de tourisme dans laquelle l’accueil des visiteurs est géré directement par la population locale. Celle-ci contrôle ainsi les activités touristiques proposées sur son territoire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s