Cacao/Forêt

Des arbres qui nous inspirent…

Imposants, robustes et solidement ancrés dans le sol ou délicats et fragiles, les arbres nous procurent non seulement l’air que nous respirons, mais ils sont aussi probablement les témoins les plus omniscients du monde. Aujourd’hui, Journée mondiale des forêts, célébrons certains arbres célèbres dans le monde.

Un trio d'arbres à Sao Paulo connu sous le nom des Trois Rois. [Crédit photo : James E. Davis / luxdelux]

Un trio d’arbres à Sao Paulo connu sous le nom des Trois Rois. [Crédit photo : James E. Davis / luxdelux]

Les forêts sont les témoins du meilleure et du pire de l’humanité : lieux des premiers baisers, abris de troupes de combat, espaces de jeux de cache-cache et parfois scènes de crimes horribles. Il n’est pas étonnant qu’elles jouent également depuis toujours un rôle important dans nos chansons, contes populaires, l’art, la religion… Bien que la sagesse populaire nous prévienne de l’arbre qui cache la forêt, prenons ici un instant pour rendre hommage à ces magnifiques créatures.

Le ceiba, l’Arbre du Monde maya

Un arbre de ceiba au parc national de Tikal au Guatemala.

Un arbre de ceiba au parc national de Tikal au Guatemala.

Dans les temps anciens, les mayas croyaient que l’arbre de ceiba (également connu sous le nom de l’Arbre du Monde, le Kapokier ou Arbre à kapok) se tenait au centre de la terre. C’est un grand arbre des zones tropicales, pouvant atteindre 60 m de haut. On peut le trouver du Mexique jusqu’en Amazonie et aussi en Afrique de l’Ouest. Certaines variétés de l’arbre de ceiba se caractérisent par des épines coniques, donnant à l’arbre un aspect menaçant.

Le légendaire « arbre à monnaie »

"Arbres à monnaie" au Costa Rica. [Crédit photo: Leonora Enkling]

« Arbres à monnaie » au Costa Rica. [Crédit photo : Leonora Enkling]

Le Pachira Aquatica est un arbre surnommé « l’arbre à monnaie ».  Selon la légende, la luxuriance et la prépondérance de ses feuilles ont le pouvoir d’attirer la fortune de son  propriétaire. Les parents ont coutume de dire que « l’argent ne pousse pas sur les arbres. » Eh bien, dans le cas de l’arbre à monnaie … cette phrase se vérifie aussi. L’argent ne pousse pas sur l’arbre à monnaie ! C’est un arbre d’Amérique centrale et du Sud, qui peut atteindre jusqu’à 18 m et porte des fleurs et des fruits. Dans nos contrées, c’est une superbe plante d’intérieur qui, grâce à sa croissance rapide, deviendra en très peu de temps un joli petit arbre d’intérieur au magnifique feuillage en forme de parasol.

L’arbre de la liberté 

L'arbre de la liberté, symbole de liberté en France après la révolution de 1789

L’arbre de la liberté, symbole de liberté en France après la révolution de 1789.

L’arbre de la liberté est une référence à la révolution française. En 1792 les plantations d’arbres de la liberté se multiplient dans les espaces publics pour commémorer ce principe fondateur de notre société. Victor Hugo, le 2 mars 1848, déclara : « C’est un beau et vrai symbole pour la liberté qu’un arbre ! La liberté a ses racines dans le cœur du peuple, comme l’arbre dans le cœur de la terre ; comme l’arbre elle élève et déploie ses rameaux dans le ciel ; comme l’arbre, elle grandit sans cesse et couvre les générations de son ombre. (…) »

La « pêche plate de Chine »

La pêche plate est aussi appelée « Paraguaya » en espagnol et parfois « doughnut peach » en anglais, en raison de sa ressemblance avec un beignet.

La pêche plate ou Paraguaya en espagnol et doughnut peach en anglais, en raison de sa ressemblance avec un beignet. [Crédit photo : Plant Fora]

En Chine, il n’existe guère de fruit qui possède une aussi forte charge symbolique que la pêche : c’est un symbole d’immortalité. Une ancienne légende raconte que la déesse Xiwangmu avait dans son verger 3600 arbres de pêches plates. Cette variété de pêche s’appelle aussi « pantao  » ou « peento  » d’après son nom chinois pántáo.  Toute personne qui mangeait ces pêches pouvait accéder à la vie éternelle. Le hic ? Les pêches d’immortalité mûrissaient tous les 3000, 6000 ou 9000 ans et Xiawangmu n’était pas prête à partager son trésor.  Aujourd’hui, de simples mortels peuvent savoureux ces délicieuses pêches sans se soucier des divinités.

L’Acacia, arbre d’Afrique

ArbreAcaciaAfrique

L’acacia d’Afrique devient toxique lorsque le grignotage de ses feuilles dépasse les limites de l’acceptable.

Infodoc.blog.free nous raconte une histoire fort instructive sur les acacias d’Afrique, à travers les observations d’Alain Baraton ((« Le jardinier de Versailles ») : « La peur incite à trouver une esquive, pousse à la fuite, mais lorsqu’on est un arbre, que faire ? Réagir de manière à repousser son agresseur. Et trouver des alliés … L’acacia d’Afrique devient toxique lorsque le grignotage de ses feuilles dépasse les limites de l’acceptable. Il est généreux, mais sait se protéger. Des épines se dressent. Pour entretenir ses défenses l’acacia accueille dans le creux de ses épines toute une armée de féroces guerriers (les fourmis) qui repousseront les autres envahisseurs (les insectes). Afin de fidéliser sa garde il sait leur offrir un délicieux nectar. Ainsi un équilibre des forces s’établit entre le don et la protection partagée grâce à la solidarité née de la peur d’être dévoré sur pied … (…) »

La biodiversité des pays africains est énorme et Rainforest Alliance est fière de travailler dans plusieurs d’entre eux, y compris en Côte d’Ivoire et au Ghana.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s