Huile de Palme

Huile de palme : Au Cameroun, Rainforest Alliance participe à la conception de nouveaux modèles de partenariat entre les petits producteurs et les agro-industriels 

palmoil

Rainforest Alliance en collaboration avec le WWF, le WWF-Cameroun et le programme SHARP  (The Smallholders Acceleration and REDD+ Programme) géré par PROFOREST, sont parvenus à concevoir des modèles de partenariat bénéfiques, à la fois, pour les petits producteurs et les agro-industriels camerounais.

La filière de l’huile de palme est en plein développement au Cameroun et nécessite d’être organisée. Le Cameroun est le 10ème producteur mondial d’huile de palme avec une production annuelle de 322 000 tonnes d’huile de palme par an. Il occupe le 3ème rang en Afrique derrière le Nigeria (940 000 tonnes) et la Côte d’Ivoire (417 000 tonnes). Mais selon une évaluation de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la demande nationale du pays s’élève à 350 000 tonnes, supérieure aux 322 000 tonnes produites.

Le Cameroun se vante de ses grands producteurs du secteur agro-industriel tels que Cameroon Development Corporation, CDC, PAMOL, SOCAPALM et SG SOC. Mais à côté de ces grands de la filière, il existe de nombreux petits producteurs qui cherchent à établir une sorte de partenariat « gagnant-gagnant ».

Selon Rainforest Alliance et les autres ONG en présence, il est nécessaire de créer une collaboration concrète et durable entre les petits producteurs d’huile de palme et les agro-industriels, pour un futur rentable pour les deux parties et pour réduire les menaces qui pèsent sur l’environnement.

Christian Mensah, le représentant de Rainforest Alliance en Afrique de l’Ouest signale que SHARP est une plateforme créée pour accélérer le développement des petits producteurs responsables. Il ajoute qu’il s’agit de mener une réflexion avec les petits producteurs et les agro-industriels sur les modèles qui fonctionnent au Cameroun et peuvent servir de plateformes vers un développement durable.

Dans le dialogue, les diverses parties prenantes s’expriment et Rainforest Alliance fait part des expériences réussies au Ghana. Christian a déclaré : « Le but est de développer un partenariat gagnant-gagnant entre le secteur agro-industriel et les petits producteurs. Nous souhaitons permettre aux petits producteurs d’avoir les moyens d’augmenter leurs revenus et cherchons à ce qu’ils luttent contre l’impact environnemental ». Il précise que l’objectif final est de permettre au Cameroun et à d’autres pays producteurs d’huile de palme en Afrique de se développer en tant qu’importateurs d’huile de palme.

Le ministère de l’Agriculture camerounais a déclaré que des huileries seront installées dans toutes les régions du pays et devront être gérées par des coopératives. Les petits producteurs doivent être encouragés à devenir membres de ces coopératives afin qu’ils puissent bénéficier du plan mis en place. En outre, le ministère a révélé que le Fonds de l’État pour la recherche agricole, IRAD, au Sud-Ouest du pays, sera chargé de produire des palmiers à huile de haute qualité qui seront remis aux coopératives au profit des petits producteurs.

Voici quelques uns des projets que le gouvernement entend mettre en œuvre pour encourager les petits producteurs et stimuler le secteur de l’huile de palme. Enfin, Rainforest Alliance et les divers acteurs se sont accordés sur l’idée que la création d’une banque pour les agriculteurs s’avérerait être un des moyens de renforcer le partenariat.

En savoir plus sur le programme Huile de palme de Rainforest Alliance : http://www.rainforest-alliance.org/fr/work/agriculture/palm-oil

Autres articles à lire : http://www.natura-sciences.com/agriculture/huile-de-palme-durable875.html

http://www.jeuneafrique.com/227206/economie/lafrique-nouvelle-frontiere-de-la-certification/

2 réflexions sur “Huile de palme : Au Cameroun, Rainforest Alliance participe à la conception de nouveaux modèles de partenariat entre les petits producteurs et les agro-industriels 

  1. Pingback: L’huile de palme au banc des accusés | BIOetCO

    • Bonjour et merci de votre commentaire. La certification RSPO constitue une première étape qui doit améliorer ses critères, notamment sur la protection des tourbières et des forêts secondaires qui ne sont pas prises en compte. Rainforest Alliance participe à la RSPO pour faire progresser les critères en ce sens. La certification Rainforest Alliance est aujourd’hui la seule répondant aux critères les plus exigeants pour la culture d’huile de palme.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s