Tourisme

Tourisme : Comment réduire votre empreinte écologique ?

finch-bay-01

Avez-vous prévu de partir en voyage bientôt et souhaitez-vous réduire le plus possible votre empreinte écologique ? Alors lisez ce qui va suivre. Avec plus de 1,1 milliard de touristes voyageant à l’étranger en 2014 et une croissance prévue de 3 à 4 % pour 2015, selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), il est plus que jamais important de minimiser notre empreinte en tant que touriste.

Pour vous y aider, nous avons rassemblé ci-dessous quelques conseils afin de planifier votre voyage et maximiser votre plaisir.

Les guides de voyage responsable
De nombreux voyagistes se sont engagés dans une démarche de développement durable. Envisagez-vous de découvrir un pays d’Amérique latine ? Jetez un oeil à cette liste de voyagistes qui travaillent avec Rainforest Alliance.

Séjournez dans des hôtels et hébergements certifiés durables

Il est facile pour une entreprise de faire des promesses écologiques. Mais font-elles vraiment ce qu’elles disent ? Pour évaluer l’impact de votre séjour sur les communautés locales, la faune et la flore, les rivières, les cours d’eau, les lacs du pays, consultez notre guide (en ang/esp) des hôtels et lodges certifiés durables en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Réservez des vols sans escale
Les avions produisent un pourcentage significatif de leurs émissions totales de gaz à effet de serre (GES) lors du décollage et de l’atterrissage. Alors privilégiez les vols directs (et vous éviterez aussi de la fatigue).

Choisissez les avions les plus économiques 
L’Airbus 345 et les Boeing 777 et 787 sont considérés comme les meilleurs choix pour un vol visant à diminuer l’impact environnemental.

Limitez vos bagages
Plus l’avion est lourd, plus il consomme de carburant. Et plus de carburant signifie plus d’émissions de GES. L’impact de votre seule valise représente peu de manière individuelle. Mais de manière collective, cela fait une différence.

Dites non au « micro-plastiques »
Évitez les produits contenant des micro-plastiques, tels que certains dentifrices, déodorants, eye-liners, masques de gommage, shampooings antipelliculaires et autres produits d’hygiène et beauté. Ces particules de matière plastique sont si petites qu’elles passent à travers les filtrages et s’accumulent dans nos rivières et océans, constituant une menace pour l’environnement, les animaux marins et votre santé car ces particules toxiques entrent dans la chaîne alimentaire.

Se déplacer 

Éviter les taxis. Si vous louez un véhicule, louez une voiture hybride. Et mieux encore, si vous le pouvez, déplacez-vous à pied, à vélo ou en transport en commun. Ainsi, vous vous immergerez davantage dans la population locale, pour une plus riche expérience de voyage.

Achetez localement et achetez intelligemment
Acheter de la nourriture et des objets souvenirs produits par des agriculteurs et artisans locaux est une excellente façon de soutenir les populations locales. Mais assurez-vous de ne pas acheter de produits fabriqués à partir d’espèces animales ou végétales en voie de disparition.

Ne prélevez pas d’éléments naturels mais prenez une photo
Quel meilleur endroit pour un beau coquillage ou un corail que celui où vous l’avez trouvé ? Rappelez-vous que si même un faible pourcentage des 1,1 milliard de touristes voyageant à l’étranger chaque année  prélevait un élément de la nature pour rapporter un souvenir, le total des dommages serait énorme.

Bouteilles d’eau
Prenez votre propre gourde et évitez les bouteilles en plastique. Si vous voyagez dans des zones où l’eau n’est pas potable, envisagez alors d’apporter avec vous un petit filtre. Ou minimiser votre utilisation de bouteille plastique en achetant plutôt des grandes bouteilles de plusieurs litres, plutôt que de nombreuses petites bouteilles. Et cela vous permettra aussi de remplir votre propre gourde pour des excursions d’une journée.

Déchets 
Si vous vous promenez dans la campagne ou sur une plage immaculée, ne laissez rien derrière vous. Même pas ce qui est biodégradable, comme les peaux de bananes ou les noyaux de pêche car ils peuvent causer des dommages à l’environnement local. La nature ne peut tout simplement pas dégrader suffisamment vite ces déchets.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s