Agriculture familiale

Fruit de la passion : Une nouvelle opportunité durable pour les petits producteurs

À l’occasion de la Journée internationale des familles, Yessenia Soto de Rainforest Alliance nous fait part de l’histoire d’une petite exploitation familiale certifiée Rainforest Alliance qu’elle a visité et qui cultive des fruits de la passion dans la région centrale des hauts plateaux du Costa Rica. Yessenia a demandé au producteur, Gerardo Jiménez, ce qu’il a mis en oeuvre pour rendre son exploitation durable et ce que cela signifie pour ses enfants et petits-enfants.

Gerardo Jiménez , sa femme et sa belle soeur.

Gerardo Jiménez , sa femme et sa belle soeur.

Gerardo est agriculteur depuis plus de 50 ans. Sa ferme d’environ 7 hectares est essentiellement un mini-marché de fruits de la passion, manioc, courges, papayes, noix de coco, haricots, bananes plantains et comprend aussi un élevage bovin. Cela n’est pas surprenant ; les petits producteurs du Costa Rica ont toujours cultivé plusieurs sortes de cultures sur leurs terres afin de fournir une nourriture variée à leurs familles et aussi pour avoir des revenus complémentaires.

Chaque week-end, le neveu de Jiménez vend les produits de la ferme sur les marchés locaux. Mais, comme Jiménez l’indique, le prix des fruits et légumes est volatile ;  le manioc atteint généralement les prix les plus élevés de toutes ses récoltes. Il se souvient d’une année où les prix étaient si bas qu’il a fini par perdre de l’argent. Et il s’est retrouvé avec un énorme tas de manioc dans son garage.

Il y a un peu plus de trois ans, Jiménez a commencé la culture des fruits de la passion pour la première fois. Il avait été invité à participer à une initiative de la multinationale Chiquita destinée aux petits producteurs de fruits de la passion. Ce projet a été conçu comme activité alternative pour l’approvisionnement durable en fruits de la passion au Costa Rica. Chiquita a offert à Jiménez et d’autres agriculteurs une formation, une assistance technique et un contrat qui garantit l’achat de toute leur production de fruits de la passion.

Fleur du fruit de la passion.

Fleur du fruit de la passion.

La multinationale aide les producteurs de fruits de la passion à mettre en œuvre les meilleures techniques agricoles durables pour atteindre la certification Rainforest Alliance. Aujourd’hui, le groupe se compose de plus de 180 producteurs dans le pays qui se préparent actuellement à renouveler la certification.

« C’est une grande opportunité pour les petits producteurs qui dépendent de cultures avec de faibles marges bénéficiaires », explique Luis Valverde, directeur des approvisionnements chez Chiquita au Costa Rica.  » Ils peuvent diversifier leurs cultures, recevoir un revenu garanti pour leur production de fruits de la passion et découvrir l’importance de la gestion durable des exploitations agricoles. »

« Depuis qu’il a rejoint ce programme, Jiménez a reçu une formation sur les techniques agricoles respectueuses de l’environnement,  la façon de préparer et nourrir les sols, la plantation des semis et la construction d’une structure pour les vignes grimpantes. Il a également appris ce dont les plants auraient besoin en eau, soleil et engrais ainsi que d’une technique spéciale pour polliniser les fleurs. Et afin de répondre aux exigences environnementales de la certification Rainforest Alliance, il prend des mesures concrètes pour protéger les cours d’eau sur ses terres.

« J’avais l’habitude d’abattre tous les arbres de la rivière avec ma machette » déclare l’agriculteur de 72 ans, qui a depuis reboisé sa ferme et protège maintenant les cours d’eau et la faune sauvage de son exploitation.

Ruisseau dans la ferme de Gerardo Jiménez au Costa Rica

Ruisseau dans la ferme de Gerardo Jiménez au Costa Rica.

Il a appris qu’il utilisait trop de produits phytosanitaires, qu’il mettait en danger l’environnement et sa propre santé et qu’il supportait des coûts financiers inutiles. « Avant, j’ignorais tout au sujet des règles d’utilisation des produits phytosanitaires. J’avais l’habitude d’appliquer des herbicides librement sans jamais porter aucun équipement de protection ; je sentais moi-même l’odeur des herbicides. » Grâce au programme de certification Rainforest Alliance, Jiménez sait maintenant quels produits chimiques sont autorisés et il peut minimiser leur utilisation, tenir des registres de toutes les applications de produits. Il a également acheté des équipements de protection pour lui-même, son fils et son neveu, ainsi que pour les ouvriers qui l’aident en cas de besoin.

Même si la culture des fruits de la passion ne représente qu’un demi-hectare de ses terres, Jiménez a mis en œuvre ces bonnes pratiques sur l’ ensemble de son exploitation, pour toutes ses cultures. Il a exprimé le bonheur que sa famille, et en particulier ses petits-enfants, ont maintenant de jouir d’un environnement plus sain.

Le petit-fils de Gerardo Jiménez tient une papaye.

Le petit-fils de Gerardo Jiménez tient une papaye.

Jiménez estime qu’il gagne au moins 20% de plus avec sa production de fruits de la passion qu’avec ses autres cultures. Toutefois, il reste attaché à la diversité de ses cultures. « Avoir un peu de tout est la meilleure façon d’utiliser la terre » affirme-il très justement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s