Rainforest Alliance/Thé

Réflexion sur mon voyage avec Rainforest Alliance

Winnie Mwaniki, consultante pour Rainforest Alliance en Afrique depuis de nombreuses années, nous  livre ses réflexions sur son travail avec les producteurs de thé au Kenya.

Winnie Mwaniki, consultante pour Rainforest Alliance en Afrique depuis de nombreuses années, nous livre ses réflexions sur son travail avec les producteurs de thé au Kenya.

Mon voyage avec Rainforest Alliance pour développer une agriculture durable, a commencé en 2006 au Kenya lorsque j’ai rejoint une petite équipe pour lancer un projet pilote de trois ans en partenariat avec Unilever (thé Lipton) et l’Agence Kenyane de Développement (KTDA). Conçu pour démontrer aux petits producteurs la valeur d’une agriculture durable à travers la mise en place de « champs-écoles » – une approche participative centrée sur les agriculteurs qui apprennent par l’observation, l’expérimentation et l’évaluation – le projet a été initialement réalisé dans quatre des 54 usines de la KTDA.

Présentation du développement durable aux agriculteurs

Quand j’ai expliqué pour la première fois la notion de «développement durable» aux agriculteurs, j’ai dit que cela faisait référence à quelque chose qui s’améliore sans cesse et qui n’a pas de fin, une démarche de progrès permanente. Maintenant, en me penchant sur mon action avec les producteurs, je me rends compte que le développement durable ne représente pas seulement ce que nous avons pu réaliser, mais aussi là où nous sommes prêts à aller.

Interagir avec les agriculteurs au cours des sessions de formation est toujours la partie la plus mémorable de mon travail. Ces sessions ont aidé les agriculteurs à réaliser qu’ils ont le potentiel d’apporter des améliorations dans leurs conditions de vie et aussi au niveau de l’environnement. Ils comprennent que ces améliorations sont bénéfiques pour eux-mêmes, leurs familles et leurs voisins ainsi que pour les générations futures.

Au cours de ce projet – qui a pris fin en 2008 – nous avons vu beaucoup de réussites sur le terrain. Nous avons travaillé avec les producteurs de thé pour améliorer leur connaissance des bonnes pratiques agricoles, des bonnes pratiques pour améliorer les relations au sein des communautés locales, ainsi que les pratiques permettant d’augmenter les rendements de leurs cultures de 5% à 15% en moyenne. Les participants de ce projet pilote ont terminé les formations très enthousiastes et inspirés, ce qui a permis le développement de projets en agriculture durable auprès de petits producteurs dans d’autres régions productrices de thé.

Un an après le début de ce premier projet, Unilever a pris la décision de collaborer avec Rainforest Alliance pour commencer une démarche d’envergure sur le chemin du développement durable avec l’objectif de se fournir en thé provenant uniquement de fermes certifiées Rainforest Alliance pour leurs marques PG tips et Lipton, d’ici 2015. De manière générale, il est plus facile pour les grandes compagnies de thé de s’organiser et de mettre en œuvre le programme de certification Rainforest Alliance comparativement aux groupes de petits producteurs. Au Kenya, les groupes de producteurs membres de chaque usine sont constitués d’environ 10 000 agriculteurs, chacun ayant une plantation de thé de 0,2 hectares en moyenne, aux côtés d’autres types de cultures – comme le maïs et les haricots – ou de petits élevages de vaches laitières.

 Vers la certification

Pour les groupes de petits producteurs de thé au Kenya, le projet pilote a été un point d’entrée naturel dans le programme de certification de Rainforest Alliance. Ces agriculteurs étaient déjà familiarisés à la vision d’agriculture durable  d’Unilever, qui correspondait en de nombreux points au programme de Rainforest Alliance. Néanmoins, il n’a pas été facile pour ces agriculteurs d’obtenir la certification. Il y avait des défis majeurs autour de la formation, y compris la difficulté d’amener un grand nombre de petits exploitants à remplir les critères de certification (qui s’appliquent non seulement à la culture du thé pour la certification mais aussi  à l’ensemble de l’exploitation agricole). Les agriculteurs ont également trouvé difficile de respecter les exigences de la certification relatives à la manipulation de produits chimiques – bien qu’aucun produit chimique ne soit appliqué sur le thé dans les plantations  au Kenya, de nombreux agriculteurs utilisent des pesticides pour d’autres cultures sur leurs exploitations.

Fin 2009,  les quatre usines (Momul, Ngere, Nyansiongo et Mungania) représentant 38 000 agriculteurs ont surmonté ces défis pour obtenir la certification Rainforest Alliance. Ce fut un immense succès et le début d’une démarche de développement durable à long terme pour ces producteurs.

Changer mon parcours

En 2009, je suis passée d’Unilever à Rainforest Alliance. Malgré tout l’enthousiasme et le privilège que je ressentais pour ma première journée de travail chez Rainforest Alliance, j’ai à peine remarqué le changement car je continuais de promouvoir les principes de l’agriculture durable chez les petits producteurs, en collaboration avec Unilever et l’Agence de développement du thé au Kenya.

Parce que le projet pilote fut un vrai succès, Rainforest Alliance, Unilever et la KTDA ont commencé à intensifier l’action de développement durable en 2009 *. Notre objectif principal était de présenter la méthodologie des « Champs-écoles »  à toutes les autres usines de la KTDA et de mettre en œuvre le programme de certification de Rainforest Alliance dans 20 autres usines. Rainforest Alliance a pris le rôle de chef de projet et l’on m’a demandé de diriger cette action.

La mise en œuvre de la phase d’intensification du projet a débuté en 2010. Depuis lors, le succès obtenu est allé au-delà de nos attentes, en grande partie grâce à la collaboration de Partner Africa, partenaire de formation de Rainforest Alliance au Kenya.

Ouvrir la voie

L’engagement pris par Unilever de s’approvisionner en thé issu de plantations certifiées Rainforest Alliance a été suivi par d’autres grandes compagnies de thé ayant pris des engagements similaires, comme Tata Global Beverages pour leur marque Tetley, Bettys & Taylors of Harrogate pour leur marque Yorkshire Tea ainsi que la compagnie Twinings . L’ensemble de ces engagements sur le marché a entraîné une demande sans précédent de thé certifié Rainforest Alliance, conduisant  à un ambitieux programme d’aide vers la certification pour les plantations de thé et les groupes de producteurs au Kenya, en Tanzanie, au Malawi, au Rwanda, en Ouganda, au Zimbabwe, en Inde, au Brésil, en Argentine, en Equateur, en Indonésie, en Chine et dans d’autres pays.

Etendre notre objectif

Bien que je me sois concentrée davantage sur la formation et l’aide auprès des groupes de petits producteurs de thé au Kenya, j’ai aussi travaillé avec des coopératives et des producteurs de café ainsi qu’un groupe de petits producteurs de fleurs. En outre, j’ai été chargé de déployer le programme an agriculture durable du thé de Rainforest Alliance en Orient et en Afrique du Sud, où les leçons tirées du modèle kenyan me sont très utiles.

À la mi-2012, sur les  54 usines de la KTDA représentant 560 000 petits producteurs, 35 groupes sont certifiés, 12 se préparent à passer l’audit de certification et 7 autres commencent à suivre le programme d’agriculture durable. Nous prévoyons que les 54 usines de la KTDA soient certifiées d’ici fin 2013. Plus de 30 000 petits producteurs (non membres de la KTDA) mettent également en œuvre le programme d’agriculture durable de Rainforest Alliance, au Kenya.

Il existe, par ailleurs, des programmes en cours avec des sociétés de développement du café comme Ecom, Coffee Management Services et Tropical Farm Management pour former plusieurs coopératives et plantations de café. Dans cette région du monde, nous travaillons avec plus de 75 000 petits producteurs de thé au Rwanda, en Tanzanie, en Ouganda, au Malawi et au Burundi.

Comme je le disais dans un dîner à Nairobi pour célébrer le 25e anniversaire de Rainforest Alliance, je dois me pincer pour croire ce que nous avons accompli au cours de ces trois ans et demi ! Toutes ces réalisations ont été rendu possible grâce au soutien de l’incroyable équipe qui rassemblait Rainforest Alliance, Partner Africa, Unilever, Ethical Tea Partnership et leurs acheteurs, la KTDA et Africert.

* Ce projet a été co-financé par l’Initiative pour le commerce durable néerlandais (Dutch Sustainable Trade Initiative) et l’ambassade néerlandaise au Kenya.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s