Agriculture/Thé

Des milliers de producteurs de thé au Kenya sont des petits producteurs

Plus de 12 500 petits producteurs de thé kenyans ont reçu en 2009 la certification Rainforest Alliance. Aujourd’hui – quatre ans plus tard – le nombre de ce premier groupe de petits producteurs certifiés s’est accru et ils sont aujourd’hui plus de 13 200 à respecter le cahier des charges de la norme SAN (Sustainable Agriculture Network) pour une agriculture durable. La certification de groupe a été attribué à la Momul Factory Ltd. Momul fait partie de l’Agence Kenyane de Développement du Thé (KTDA) qui s’approvisionne en thé vert auprès des petits producteurs à travers un réseau de centres de collecte. La superficie moyenne des petites exploitations est inférieure à 0,2 hectares. Selon Oliver Bach du SAN, 99% des plantations certifiées Rainforest Alliance sont celles de petits producteurs, contrairement à la croyance populaire. La taille moyenne des exploitations agricoles – calculée sur l’ensemble des exploitations certifiées à travers le monde – est actuellement de 3 hectares environ.

Les 13 200 membres du groupe de producteurs remplissent les conditions requises par la norme SAN, permettant d’obtenir la certification Rainforest Alliance. Chaque petit producteur doit prendre en compte un ensemble de critères environnementaux et sociaux et mettre en place un système de gestion permettant la préservation des arbres et des écosystèmes, de la faune et de la flore, de l’eau et des sols, réduire l’utilisation de pesticides et reboiser avec des espèces indigènes. Ils doivent également prendre en compte les questions sociales : respect des droits et de la sécurité des travailleurs, conditions de vie décentes et salaires et contrats légaux.

Grâce à une formation en alternance, à la fois sur le terrain (les «champs-écoles pour agriculteurs ») et lors de cours théoriques, les petits producteurs ont été préparés à la certification. Ils se sont appliqués à introduire les changements indispensables dans leurs plantations pour qu’elles soient conformes, allant même souvent au-delà des exigences de la plupart des systèmes de certification.

Momul Factory transforme les feuilles de thé fraîchement cueillies par les agriculteurs en thé noir, prêt pour l’exportation. L’usine fait partie de la KTDA, qui regroupe environ 530 000 petits producteurs possédant chacun des plantations de 0,2 hectares environ. Le Kenya produit environ 320 000 tonnes de thé, ce qui en fait le plus grand exportateur au monde. La KTDA représente à elle seule 60% de la production de thé du pays.

Les meilleures notes pour Rainforest Alliance

Prêt pour la cueillette.

Prêt pour la cueillette.

Une  étude critique sur les systèmes de certification dans la culture du thé, a été faite par le Tropical Commodity Coalition (TCC), une fusion de dix organisations non gouvernementales (Oxfam, Solidaridad, Fairfood…) et de deux syndicats. Et le TCC a attribué les meilleures notes à la norme SAN en 2010.

Le TCC a comparé 5 labels pour la production durable du thé et le label Rainforest Alliance a obtenu le plus haut score pour les normes relatives au droit du travail et leur conformité avec les règles et recommandations de l’Organisation International du Travail (OIT), ainsi que pour les normes environnementales.

Pour le thé, le Baromètre TCC 2010, a présenté un aperçu des développements du marché, en mettant l’accent sur la production durable du thé. Il a évalué des labels de développement durable selon un barème qui comporte huit catégories : La certification Rainforest Alliance a obtenu cinq fois la note maximum. Deux des principales orientations du TCC étaient sans aucun doute le respect des règles fondamentales et des recommandations de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), le respect de la législation en vigueur dans les pays producteurs de thé quant au travail des enfants, au travail forcé et à la discrimination, ainsi que l’application des mesures de protection de l’environnement relatives à la déforestation, l’utilisation de pesticides et l’érosion du sol.

Le TCC a trouvé une conformité maximale de Rainforest Alliance à ces directives. En outre, d’autres critères d’évaluation ont également pesé pour Rainforest Alliance comme sa démarche de progrès continu pour l’amélioration et la mise en œuvre de ses programmes, les audits de contrôle effectués par des tiers indépendants, ses pratiques commerciales justes et les questions de transparence du marché incluant l’information faite auprès des consommateurs et des fournisseurs.

Joke Aerts visite une plantation de thé de la KTDA.

Joke Aerts visite une plantation de thé de la KTDA.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s