Forêt/Rainforest Alliance

Notre vice-présidente, Ana Paula Tavares, au LH Forum pour une économie positive

A l’occasion du LH Forum au Havre – un grand congrès pour imaginer une nouvelle économie mondiale au service de l’homme et de la planète -, notre vice présidente, Ana Paula Tavares, est intervenue le 26 septembre à la conférence intitulée «Forêts : Protéger le poumon de la Terre».
Elle a présenté une étude sur la Réserve de la Biosphère Maya (RBM) au Guatemala. Il s’agit d’un projet réussi d’exploitation forestière communautaire dans le cadre des projets REDD+, qui a valeur d’exemple pour d’autres projets de même type en Amazonie, dans le bassin du Congo et en Asie du Sud Est.
Ana Paula Tavares, vice-présidente de Rainforest Alliance, au LH Forum le 26 septembre 2013 en Normandie

Ana Paula Tavares, vice-présidente de Rainforest Alliance, au LH Forum le 26 septembre 2013 en Normandie

En 1990, le gouvernement du Guatemala a créé la RBM, dont la superficie s’étend sur plus de 2 millions d’hectares dans la région de Petén, afin de conserver ce patrimoine naturel et culturel pour les générations futures. L’idée principale était d’exploiter de façon durable les ressources naturelles tout en les préservant et en maximisant les bénéfices écologiques, économiques et sociaux pour le Guatemala.
Dix-sept ans plus tard et après dix ans d’efforts concertés entre les communautés locales, plusieurs ONG dont Rainforest Alliance, les autorités locales et nationales, les entreprises et les bailleurs de fonds, il y a de quoi être fiers. Plus de 10 500 personnes ont bénéficié d’avantages socio-économiques de manière directe et environ 70 000 personnes de manière indirecte tout en préservant la forêt.
La RBM comprend trois types de zones : la zone centrale protégée, la zone tampon et celle désignée comme concessions forestières, où les communautés locales sont autorisées à extraire du bois. Dans cette dernière zone, les chercheurs ont constaté que le taux de déforestation était 20 fois plus élevé dans les zones protégées que dans les concessions certifiées FSC/Rainforest Alliance et que la fréquence des feux de forêt était 104 fois plus élevée dans les zones protégées (10,4% de terres incendiées contre 0,1% dans les concessions certifiées). Cette étude montre donc très clairement que les concessions forestières certifiées FSC/Rainforest Alliance empêchent davantage la déforestation et les incendies que les zones protégées.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s